Rapporter un commentaire

Bonjour,
cet article m'interpelle...Il manque la dimension culturelle...car la conclusion logique semble de s'appuyer sur l'existant ( qui sait très bien compter) et donc sur les grandes surfaces qui sont bien plus "performantes" que le petit magasin bio.. Et aussi comment les choses évoluent...? sans coop bio qui ont rallongé les circuits au début, sans les amap qui rallongent aussi ( mais permettent des nouvelles installations et touchent des nouveaux clients, qui éduquent des nouveaux clients) comment le secteur du bio auraient-il evolué ?
et comment pourrions nous faire passer des nouvelles idées aux consommateurs ( les marchés pour cela c'est important.)
Enfin, il y a aussi une tendance effective : comment ne pas dépendre de seulement quelques clients ( car la fraternité en économie n'est pas encore là)... et la la vente directe est une sorte d'assurance...
Bref c'est interessant mais réfléchissons sur les 3 pieds ( culturels, politique, economique) et évolutivement, même si l'économie n''est sensé être qu'un des 3 membres de l'organisme social
Frédéric, arboriculteur biodynamiste vendant au marché, à la ferme, en magasins, à la grande surface locale, en cantine....
cordialement

ps : je reposte un mail que je n'ai peut-être pas réussi à faire passer

bonjour , vous parlez de "mouvement" pour la tri-articulation sociale...
J'aimerai savoir comment je peux m'y relier, y participer....
Etant un chercheur et expérimentateur pratique de la question...( je suis biodynamiste arboriculteur depuis 25ans, et co-animateur d'un grand salon ecolo humaniste "Ille et Bio"...pensé comme un élément vivant des nécéssaires "pôles culturels libres" capables d'influencer la vie politique et la vie économique)
www.illeetbio.org
8 à 12000 visiteurs annuels
Je vis en Bretagne, près de Rennes.

Quelques suggestions :
-- serait-il possible que certains des articles soient partageables sur facebook ?pour les diffuser plus facilement
--comment faire un espace plus participatif ?
--comment parfois moins préciser certaines choses ( issues de 1919...ou trop extérieures à notre monde actuel) pour être plus dans l'essence de la vie sociale....( cf par exemple un petit livre super publié chez apma sur les germes de la tri-articulation sociale)
--comment se relier à d'autres mouvements de la société civile, comme la bio arrive maintenant à le faire,
--comment faire des vidéo "you tube" courtes et diffusables de manière "virale"...Par ex sur des concepts clés ( le travail n'est pas une marchandise / vue organique de l'organisme social/ débat revenu de base...salaire à vie...autres émancipations du travail vis à vis de la marchandisation / fraternité égalité liberté/ ...
--comment déja apprendre à regarder la société sous les 3 angles culturels, économiques et politiques juridique et reconnaitre les évolutions qui vont dans les bonne s directions ou mauvaises
--comment se relier aux nouveaux mouvements de conscience, aux nouveaux paradigmes qui traversent de plus en plus la société ( presencing institute, colibris, créatifs culturels, développement personnel, ....)
--comment utiliser des mots compréhensibles à chacun sans forcément une culture anthroposophique
--les approches de Nicanor Perlas et Otto Scharmer sont pour moi très fécondes , j'ai l'impression qu'elles sont peu mises en avant sur votre site ( que je n'ai pas relu depuis un moment)... Je pense que la tri-articulation sociale a a gagner à des approches diverses et complémentaires. Justement pour être adaptée à notre époque et surtout pouvoir irriguer un certains nombres de secteurs progressivement..

merci à vous
Bonne année 2017
Frédéric